Etude

Le diagnostic énergétique et technique du réseau d’éclairage public a pour but de définir et de proposer des solutions d’amélioration tenant compte de différents impératifs : · réduction des consommations d’énergie, · réduction les nuisances · améliorer la qualité et la sécurité, · optimiser les couts d’investissement et de fonctionnement.

Etude photométrique

L’éclairage des voies publiques est essentiel car il facilite la circulation de nuit en assurant aussi bien la sécurité que le confort des usagers. En effet, il permet la réduction des risques d’accident et de l’insécurité dans les zones sombres. Toutefois, l’éclairage public ne se fait pas de manière aléatoire. Il doit remplir des conditions qui assureront une visibilité convenable et un confort visuel des usagers. C’est à cet effet qu’il est nécessaire de réaliser une étude photométrique pour s’assurer que ces conditions, définies par des normes, sont remplies. Il s’agira ainsi, de vérifier la concordance des paramètres photométriques, induits par les caractéristiques du projet, avec les paramètres normalisés.

Méthode d’étude photométrique

Les conditions photométriques à respecter en éclairage public sont conditionnées par la norme relative à l’éclairage public. Cette norme permet en fonction de différents facteurs liés au type de voie à éclairer, au dispositif d’éclairage et aux dispositions spatiales d’assurer des valeurs d’éclairement et de luminance minimales à maintenir.

Etude énergétique

L’étude énergétique concerne l’analyse de la consommation énergétique avec les différents types de luminaire.

Méthode

En fonction de la puissance absorbée par la totalité des luminaires (P) et du temps de fonctionnement annuel (t), nous déterminons la consommation énergétique annuelle de l’ensemble du projet.

Etude technico-économique

Cette étude économique vise à analyser en terme de coût la rentabilité de l’utilisation des différents luminaires.

La méthode employée s’articule autour de quatre points :

  • la répartition des charges sur chaque poste en plus ou moins deux départs : 1 départ (1a et 1b) orienté du poste vers le début du projet et deux départs (2a et 2b) orientés du poste vers la fin du projet, alimentant de manière alternée les luminaires
  • le choix du calibre de la protection en fonction du courant d’allumage
  • le dimensionnement de la section du câble d’alimentation des candélabres par vérification de la chute de tension
  • la vérification de la protection contre les courts-circuits en fonction de la longueur maximale de canalisation protégée pour une section et un calibre de protection donné.